Jo Biden nomme Sandra Thompson au poste de directrice de l’agence fédérale FHFA

Le président Biden a nommé mardi 14 décembre 2021 Sandra L. Thompson, du Maryland, au poste de directrice de l’Agence fédérale de financement du logement (FHFA) pour un mandat de cinq ans, en remplacement de Mark Anthony Calabria.

Sandra Thompson était jusqu’alors la directrice par intérim de la FHFA (Federal Housing Finance Agency), elle passe à la tête de l’organisme de réglementation à plein temps.

Le sénat américain doit approuver la nomination

Le sénat américain doit approuver la nomination
Le sénat américain doit approuver la nomination

Si elle est approuvée par le Sénat américain, Mme Thompson sera confirmée pour un mandat de cinq ans à la tête de l’agence qui supervise plus de 7 000 milliards de dollars de prêts immobiliers garantis par le gouvernement fédéral. M. Biden a nommé Mme Thompson directrice par intérim de la FHFA en juin, après que le président eut congédié l’ancien directeur Mark Calabria, nommé par M. Trump, à la suite d’un arrêt de la Cour suprême qui a ouvert la voie.

Mme Thompson était directrice adjointe de la division de la mission et des objectifs du logement de la FHFA depuis 2013 avant d’être nommée directrice par intérim. Elle a rejoint la FHFA après avoir passé plus de 23 ans au sein de la Federal Deposit Insurance Corp. où elle a « dirigé le programme d’examen et d’application de la loi pour la gestion des risques et la protection des consommateurs au plus fort de la crise financière », a indiqué la Maison Blanche mardi.

La FHFA a été créée en 2008 pour superviser et conserver Fannie Mae et Freddie Mac, deux entreprises parrainées par l’État qui achètent des prêts immobiliers aux banques et aux prêteurs hypothécaires et vendent ces prêts sous forme de titres adossés à des créances hypothécaires. La FHFA supervise également le système de la Federal Home Loan Bank.

Hausse record des prix de l’immobilier aux États-Unis

Mme Thompson risque de faire l’objet d’un examen minutieux en raison de son opinion sur la question de savoir si Fannie et Freddie devraient être libérées du contrôle du gouvernement fédéral, un objectif de longue date des législateurs républicains et des responsables politiques de droite. Elle aurait besoin du soutien unanime des 50 démocrates du Sénat pour être confirmée sans l’appui d’un républicain.

Les détracteurs de la mise sous tutelle de Fannie et Freddie affirment que les États-Unis devraient plutôt procéder à des réformes internes qui leur permettraient de résister aux forces du marché sans l’appui du département du Trésor. Les législateurs démocrates et les défenseurs du logement abordable insistent sur le fait que la libération de Fannie et Freddie pourrait étouffer les prêts immobiliers abordables dans un contexte de hausse record des prix de l’immobilier.

Source : Actualité en provenance des États-Unis, Maison Blanche, The Hill

Laisser un commentaire