La star de Mr. Bean s’en prend à la « cancel culture » : « Le rôle de la comédie est d’offenser »

Rowan Atkinson – le créateur et la star vedette de la sitcom britannique « Mr. Bean », diffusée pour la première fois en 1990 – a critiqué la « cancel culture » (culture de l’effacement), en particulier lorsqu’il s’agit de comédie.

« Le rôle de la comédie est d’offenser »

Toute blague a une victime

« Il me semble que le travail de la comédie est d’offenser, ou d’avoir le potentiel d’offenser, et elle ne peut pas être vidée de ce potentiel », a déclaré Atkinson dans une nouvelle interview pour l’Irish Times.

« Toute blague a une victime. C’est la définition d’une blague. Quelqu’un, quelque chose ou une idée est rendu ridicule. »

L’intervieweur a demandé à Atkinson si la comédie ne devrait faire que des railleries à l’égard des personnes en position d’autorité et ne pas faire de coups bas. Atkinson a répondu qu’il fallait être très attentif à ce que l’on pense avoir le droit de faire comme blague, et qu’il faudra toujours se servir de l’humour pour donner des « coups de pieds au cul », mais pas seulement aux personnes en position d’autorité dans la société

Et s’il y a quelqu’un d’extrêmement suffisant, arrogant, agressif, satisfait de lui-même, qui se trouve être en bas de l’échelle sociale ? Ils ne sont pas tous dans les chambres du parlement ou dans les monarchies.

Il y a beaucoup de personnes extrêmement suffisantes et auto-satisfaites dans ce qui serait considéré comme le bas de la société, qui méritent aussi d’être tirées vers le haut.

Dans une société libre digne de ce nom, vous devriez être autorisé à faire des blagues sur absolument tout.

À lire également : Les journalistes américains inquiets pour l’avenir de la liberté de la presse aux États-Unis

À voir aussi :  Les journalistes américains inquiets pour l'avenir de la liberté de la presse aux États-Unis

Les médias sociaux en cause

Atkinson souligne que la foule indignée sort souvent les blagues de leur contexte original afin de provoquer la colère sur les médias sociaux et de faire annuler une personne.

Atkinson fait remarquer que les médias sociaux sont « terriblement jeunes » et que les gens apprennent tout juste à les utiliser.

« Dans l’histoire de l’humanité, ils existent depuis très, très peu de temps et nous sommes encore en train de nous adapter »

L’année dernière, Atkinson a critiqué la culture de l’annulation, comparant le mouvement toxique à une « foule médiévale errant dans les rues à la recherche de quelqu’un à brûler ».

« Il est important que nous soyons exposés à un large éventail d’opinions, mais ce que nous avons maintenant est l’équivalent numérique de la foule médiévale qui erre dans les rues à la recherche de quelqu’un à brûler », a-t-il déclaré. « C’est donc effrayant pour quiconque est victime de cette foule, et cela me remplit de peur pour l’avenir. »

L’acteur de Mr Bean a déclaré à propos des médias sociaux :

Le problème que nous avons en ligne est qu’un algorithme décide de ce que nous voulons voir, ce qui finit par créer une vision simpliste et binaire de la société. Cela devient une affaire de soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous. Et si vous êtes contre nous, vous méritez d’être « effacé ».

D’autres humoristes commencent à riposter

De nombreux humoristes ont commencé à riposter et à répondre à la culture de l’annulation.

Chris Rock a averti que la « cancel culture » engendre un divertissement ennuyeux.

À voir aussi :  Le pape dénonce la "cancel culture" comme une forme de colonisation idéologique

Billy Crystal a déclaré que le fait « d’effacer » des gens pour tels ou tels mots prononcés a fait de la comédie un « champ de mines ».

L’humoriste Bill Burr a déclaré que la foule indignée n’avait plus personnes à « effacer » et qu’elle se résumait à « effacer » des morts.

Laisser un commentaire