Les journalistes américains inquiets pour l’avenir de la liberté de la presse aux États-Unis

Dans un nouveau rapport du Pew Research Center, 57 % des journalistes se disent « très préoccupés » par la restriction de la liberté de la presse dans le pays. Un chiffre inquiétant dans une période de défiance généralisée envers les médias.

En résumé

  • Un nouveau rapport publié par le Pew Research Center a sondé l’opinion des journalistes en activité sur l’état du secteur de l’information.
  • L’une des principales conclusions de l’étude est que plus de la moitié des journalistes interrogés se disent inquiets de la possibilité d’une restriction de la liberté de la presse dans le pays.
  • Pendant des années, les États-Unis ont été un modèle de liberté de la presse, mais un changement culturel s’est opéré, qui s’est traduit par une augmentation des attaques contre les professionnels des médias.

Plus de la moitié des journalistes américains inquiets

Plus de la moitié des journalistes s’inquiètent des futures restrictions de la liberté de la presse, selon un rapport du Pew Research Center publié mardi.

Selon l’enquête, 57 % des journalistes sont « extrêmement » ou « très » préoccupés par la possibilité que des restrictions soient imposées à la presse aux États-Unis.

L’enquête, menée auprès de près de 12 000 journalistes en activité, indique que les professionnels de l’information sont également préoccupés par la désinformation généralisée et par le fait que des personnes partageant les mêmes idées politiques obtiennent des informations des mêmes sources.

À voir aussi :  La star de Mr. Bean s'en prend à la "cancel culture" : "Le rôle de la comédie est d'offenser"

Un secteur en difficulté, ou en plein chaos

Lorsqu’on leur a demandé de décrire le secteur en un seul mot, 72 % des personnes interrogées ont utilisé un mot ayant une connotation négative, les mots les plus couramment utilisés étant « en difficulté » ou « chaos », indique le rapport.

Alors que les États-Unis étaient autrefois un modèle de liberté de la presse, les journalistes sont devenus ces dernières années des cibles plus nombreuses de moqueries et de violences. Le taux d’attaques et d’arrestations de journalistes lors de l’éruption des manifestations de masse qui ont eu lieu après le meurtre de George Floyd en est un exemple.

La liberté de la presse

Des attaques de journalistes de plus ne plus nombreuses

Au cours des manifestations qui ont suivi – qui se sont déroulées au printemps et à l’été 2020 – on a recensé 400 incidents au cours desquels des journalistes ont été attaqués et 129 arrestations, selon le rapport du Comité des journalistes pour la liberté de la presse aux USA. Ces chiffres représentent une multiplication par 11 et 15 par rapport à 2019.

Le nombre d’attaques signalées contre des journalistes a diminué en 2021, mais est resté beaucoup plus élevé que les années antérieures à 2020. 144 incidents d’agression contre des journalistes ont été enregistrés l’année dernière.

La désinformation progresse

En partie, la prévalence de la désinformation a créé une culture dans le pays où certains Américains ont le sentiment qu’ils ne peuvent pas faire confiance aux journalistes, et ce changement a entraîné une animosité envers les travailleurs des médias, selon Reporters sans frontières.

À voir aussi :  Le pape dénonce la "cancel culture" comme une forme de colonisation idéologique

Dans l’enquête récemment publiée, les journalistes ont montré qu’ils étaient conscients de la méfiance du public à l’égard des informations, puisque seuls 14 % d’entre eux ont déclaré qu’ils pensaient que le public américain avait « beaucoup » ou « assez » confiance dans les informations qu’il recevait des médias.

Un avenir sombre pour les journalistes et les médias de l’autre côté de l’océan Atlantique…

Source : Actualité en provenance des États-Unis, The Hill

Laisser un commentaire