Pourquoi le Prince Charles est le membre de la famille royale le mieux habillé

Ambassadeur infatigable du style vestimentaire britannique, Le prince Charles est depuis les années 1970 une icône du style, et aujourd’hui encore.

Personne, ni le maréchal Bernard Montgomery, ni même Roger Moore dans sa jeunesse 007, n’a porté la saharienne à manches courtes avec autant de panache que Charles Philip Arthur George Mountbatten-Windsor.

L’icône vestimentaire des années 70

Les photographies du jeune prince de Galles dans les années 60 et au début des années 70 montrent un jeune homme mince, au sommet de son art vestimentaire, parcourant l’Afrique vêtu d’une variété de dossards en coton raffinés – kaki, mastic et bleu pétrole – qui ne comportent que des poches à soufflets et des épaulettes. Les manches sont retroussées, la boucle du ceinturon est attachée avec élégance et négligence, le chapeau de brousse est usé jusqu’à la corde, l’étui à lunettes en cuir est drapé autour du cou comme une bandoulière. Mince.

Il est là, en sueur, chaud et beau sur le terrain de polo, ou bien, à la manière de Brideshead, en train de faire du vélo dans Cambridge en tweed, ou encore en mission navale dans les Caraïbes, avec l’air de sortir tout droit des pages d’un lookbook Ralph Lauren. Rien de ce qu’il porte n’est particulièrement remarquable ; il n’y a pas de pièces marquantes ou de silhouettes à la pointe de la mode, et donc peu d’erreurs vestimentaires regrettables. Il a tout simplement l’air… correct, sans effort.

Le Prince Charles dans sa jeunesse (Allan Warren)
Le Prince Charles dans sa jeunesse, une icône de la mode masculine (Allan Warren)

Le gourou du style éternel, élégant, hors des tendances

Aujourd’hui âgé de 68 ans, il est le gourou du style éternel, car il entretient une garde-robe (substantielle) de vêtements qui ne sont jamais passés de mode parce qu’ils n’ont jamais été vraiment à la mode.

« Ce qui est génial avec le prince Charles, c’est la façon dont il ne suit jamais les tendances, mais parvient toujours à être si élégant », explique Jeremy Hackett, des pourvoyeurs Hackett.

« Il a continué à porter des costumes à double boutonnage alors que tout le monde était passé au simple boutonnage. C’était un geste courageux, bien qu’inconscient, mais qui a porté ses fruits, car aujourd’hui, il a fait de ce style à double boutonnage son propre style. »

Charles lui-même a reconnu son statut accidentel d’icône de la mode lors de la soirée de lancement de la semaine de la mode masculine London Collections : Men fashion week au St James’s Palace en 2012. « Je suis passé du statut d’homme le mieux habillé à celui d’homme le moins bien habillé« , a-t-il déclaré. « Pendant ce temps, j’ai continué – comme une horloge arrêtée – et mon heure revient tous les 25 ans ».

À voir aussi :  Les Timberland protégent vos pieds et améliorent votre style

Naturellement fringant, ou obsession vestimentaire ?

Mais n’achetons pas la modestie rougissante de l’héritier du trône, les mains dans les poches du blazer, en gros, n’est-ce pas ? Comme le savent tous ceux qui s’intéressent sérieusement aux vêtements, pour avoir l’air aussi naturellement fringant et aussi louche, merveilleusement, décontracté que Charles, il faut une application pointilleuse et une vigueur narcissique qui frise la manie.

Les jeunes hommes élégants du XXIe siècle sont souvent décrits comme des « obsédés du détail ». Cela fait généralement référence à une fixation myope sur la mode et la nouveauté, à certaines marques de créateurs, au bon délavage des jeans, à la fraîcheur des baskets, à un penchant quasi efféminé pour l’hygiène et la vanité amygdalienne. L’obsession vestimentaire du Prince Charles, quant à elle, se situe à un tout autre niveau.

Aujourd’hui, ses costumes susmentionnés et peu modernes sont fabriqués (sur mesure, bien sûr) à Savile Row. On dit qu’il en a des centaines. Sa veste de soirée (il a la même depuis trente ans ; Charles était un « archiviste » avant que les blogueurs de mode n’inventent le terme) est coupée, intentionnellement, comme un cardigan mou.

Ses cravates sont presque comiquement étroites et nouées avec une rigueur de garrotte. Son costume du matin est d’un gris sur gris un peu gauche, appelé tissu « pick-and-pick » ; les revers de son gilet de costume du matin sont accessoirisés de « slips » ou « demis » blancs dandy, qui s’attachent à l’intérieur du vêtement avec des boutons. Il change parfois de tenue cinq fois par jour et emploie entre quatre et cinq valets pour entretenir ses vêtements à la perfection, épongés et blanchis, dans une série d’armoires en acajou poli. Il adore les poches à billets et les cols à pattes (avec boutons) sur ses vestes de costume qui peuvent être fermés en cas d’ouragan soudain.

Le prince Charles, icône vestimentaire.
Le prince Charles, icône vestimentaire.

L’habillement excentrique et riche

Charles a pratiquement inventé l’habillement excentrique et riche. Oui, les Lewis Hamilton de ce monde sordide sont peut-être des esclaves de la mode, qui dépensent leur argent dans des tenues griffées, des accessoires voyants et des articles de « luxe » démodés et hors de prix. Mais avant même que la crise du crédit n’éclate, Charles était le défenseur de pièces d’investissement de qualité supérieure, magnifiquement fabriquées à la main.

C’est un homme qui préfère en fait que ses chaussures soient éraflées, mais imprégnées d’une profonde patine d’âge et d’expérience sur le dessus ; une paire particulièrement inhabituelle et « totalement indestructible » est faite de cuir récupéré d’une épave du XVIIIe siècle à Plymouth Sound.

À voir aussi :  Pourquoi vous devriez absolument utiliser une huile à barbe

Le style vestimentaire local en toute circonstance

Que ce soit en Arabie saoudite, au Texas ou en Afghanistan, il s’habille comme un local. L’un de ses manteaux en tweed a appartenu à George VI (en vérité, les boules à mites royales doivent avoir la force de Tchernobyl).

On dit que son valet repasse ses lacets de chaussures à la vapeur. C’est ce qu’on appelle, mes amis stylés, être « obsédé par les détails ».

Un style et un physique hérité de son père, le duc de Windsor

Charles a certainement des avantages certains en ce qui concerne son style. Les vêtements lui vont bien parce qu’il a hérité du physique de son père, longiligne et nerveux. L’obsession des cols et des boutons de manchette lui a probablement été transmise par son grand-oncle Edward, duc de Windsor (ancien prince de Galles), qui a donné le ton du style aristo et pacificateur des années 20 et 30.

Le duc de Windsor, féru d’étiquettes, serait sans doute ravi de voir que le département des vêtements du prince actuel se lit comme la transcription d’un des rêves humides de Fonzworth Bentley, le domestique de P Diddy. Nouveau costume ? Charles peut faire appel à Anderson & Sheppard, Gieves & Hawkes, Ede & Ravenscroft ou Benson & Clegg.

Les chaussures viennent de Tricker’s, Crockett & Jones et, bien sûr, Lobb. Les chemises sont faites à la main par Turnbull & Asser. Les vêtements d’extérieur ? Burberry et Barbour. Il va au nord de la frontière – chez Johnstons of Elgin – pour les tricots en cachemire. Et chez Lock & Co Hatters de St James pour ses couvre-chefs.

Charles est un M. Benn au sang bleu qui a accès à une boutique de vêtements fantaisistes gérée par des tailleurs de Savile Row et des équipementiers de Bond Street… et, à bien des égards, le précurseur de l’Instagrammeur de la mode masculine du XXIe siècle, dont les « likes » prennent la forme de niveaux optimisés de commerce international et d’amélioration des relations diplomatiques. (Tous ces voyages ne sont pas seulement pour les photos).

En tant qu’ambassadeur le plus puissant de la marque Great British menswear, le prince Charles devrait être maintenu sous la vapeur, épongé, poli et enveloppé dans du papier de soie… et aéré en public aussi régulièrement que possible.

Source : Actualité en provenance du Royaume-Uni, Esquire

Laisser un commentaire